|

Lexique de la mobilité pour les débutant·es

Chez Pro Velo, on croise dans les couloirs et sur le terrain des expert·e·s, passionné.e.s de la petite reine, cyclistes quotidien·ne·s ou encore voyageurs·euses à vélo. Mais bien sûr il arrive qu’une nouvelle recrue, forcément motivée par les enjeux du secteur mais pas nécessairement encore experte en mobilité, rejoigne l’équipe et se trouve un tant soit peu démunie face au jargon en vigueur dans le domaine. C’est l’une de nos collègues récemment arrivée qui nous a fait remarquer qu’à toujours avoir la tête dans le guidon, on en oublie les novices en la matière. Ni une, ni deux nous lui avons proposé la rédaction de cet article pour remettre les pendules à l’heure.

Lexique de la mobilité active pour les débutant·es par une débutante

Quand on commence à s’interroger sur ses modes de transport et qu’on envisage par exemple de se mettre au vélo, on fait des recherches sur Internet, on lit des articles et on découvre une communauté super active axée sur l’entraide et déterminée à faire évoluer les mentalités sur la question. Bref, on entre dans un tout nouvel univers. Il est alors de bon ton d’avoir quelques notions de vocabulaire axé mobilité. Votre humble serviteuse, elle-même novice en la matière, vous propose ce petit lexique pour briller en société à bicyclette.

La mobilité active

C’est la base : la mobilité active désigne toute forme de déplacement effectué sans apport d’énergie autre qu’humaine (sans moteur) et par le seul effort physique de la personne qui se déplace. Elle inclut des modes eux-mêmes dits « actifs », principalement la marche et le vélo mais peut aussi s’appliquer au patin à roulettes ou la trottinette.

Oui mais alors la mobilité douce qu’est-ce que c’est ?

Au début quand j’entendais ce mot, je m’imaginais un petit vélo tout doux avec une selle en peluche super confortable … En fait, il ne s’agit pas du tout de ça ! Il n’y pas vraiment de consensus sur l’utilisation de ce terme, mais généralement la mobilité douce englobe le concept de mobilité active et désigne également des moyens de transports à faible impact sur l’environnement comme les transports en commun ou le vélo électrique.

Le vélotaf

Alors là, on parle des converti·es, celles et ceux qui enfourchent leur bicyclette le matin par tous les temps pour rejoindre leur lieu de travail et qui remettent ça le soir pour rentrer à la maison. Le vélotaf, dérivé du mot d’argot utilisé comme synonyme du mot travail, désigne donc celui ou celle qui se rend au travail à vélo. C’est un terme utilisé depuis les années 2000 dans les milieux avertis et qui commence à rentrer dans le langage commun à mesure que le nombre des vélotafeurs augmente sur l’asphalte. Le vélotaf vous inspire ? Découvrez le témoignage de Guillaume, fondateur du Club de vélotafeurs « Bikes against the Machine ».

Le transfert modal

Ça c’est du sérieux, c’est un terme qu’on retrouve volontiers dans les publications des pouvoirs publics et des professionnels de la mobilité (comme votre serviteuse, oui oui) qui s’activent pour soutenir la transition vers une mobilité durable - je ne vous donne pas la définition de mobilité durable, non, je vous laisse travailler un peu aussi ! Le transfert modal désigne la modification des parts de marché des différents modes de transport entre eux. On l’utilise le plus souvent pour commenter la diminution de l'utilisation de l'automobile au profit de la mobilité douce (et vous savez précisément ce que ça veut dire maintenant.).

Bonus : pour faire un peu plus « business », vous pouvez opter pour « shift modal ». Ce sera aussi l’occasion pour vous de placer vos connaissances sur les ambitions politiques belges quant à la part modale du vélo en Belgique : 5 % à l’horizon 2024 en Wallonie, et 10 % en Région bruxelloise d’ici à 2030.

La multimodalité

Selon le dictionnaire, et dans le contexte de la mobilité, "multimodal" signifie « Qui concerne l'utilisation combinée de plusieurs modes de transport au cours d'un même trajet », donc par exemple : la voiture + l’avion + la moto ou, dans une perspective nettement plus durable : le vélo + la marche à pied + le train. Et comme une petite histoire personnelle est quand même plus chouette qu’une définition du Larousse, je vous propose de découvrir le témoignage de Christophe sur sa multimodalité à lui.

Pratique aussi pour qui s’intéresse aux différentes combinaisons possibles pour leurs déplacements quotidiens ou occasionnels : cet article de Bruxelles mobilité sur les apps de mobilité partagée.

Le VAE

C’est un vélo électrique tout simplement, mais bon VAE ça fait plus « connaisseur », c’est l’abréviation de "vélo à assistance électrique". Et si vous avez envie d’en savoir plus sur les modèles de vélo - après tout c’est peut-être comme ça que vous êtes tombé.e.s sur cet article - je ne peux que vous conseiller la visite de notre dossier « Acheter un vélo ».

Trafic induit

Là, on joue dans la cours de grands, et si vous êtes arrivé.e.s à la lecture de ce paragraphe c’est que vous n’êtes plus tout à fait un.e débutant.e. et plutôt déterminé.e à briller en société avec vos connaissances vélocipédiques ! Le concept de trafic induit suscite bien des débats entre automobilistes et cyclistes autour notamment de l’aménagement de nouvelles pistes cyclables sur les axes routiers. On pourrait légitimement penser que réduire le nombre de bandes de circulation sur une artère déjà bien chargée pour y créer une piste cyclable va d’avantage congestionner le trafic, et pourtant… Les expert.e.s de la mobilité ont pu constater à de nombreuses reprises que le trafic s’adapte à l’infrastructure. Autrement dit, selon la logique du trafic induit, le trafic suit à la baisse l’infrastructure comme l’explique à la RTBF Louis Duvigneaud, administrateur-délégué de Stratec, un bureau d’experts en mobilité : " Quand on réduit le nombre de bandes, une partie des gens choisissent de ne plus se déplacer, ou de le faire via un autre moyen de transport, à une autre heure ou via un autre itinéraire." Encore autrement dit, créer des pistes cyclables aura plutôt un effet positif sur la fluidité du trafic en ville.

En savoir +

Si ces quelques explications ne sont pas encore suffisantes à apaiser votre soif de connaissances, et si vous souhaitez les étayer avec des chiffres et des preuves, nous vous invitons à lire ce très intéressant article de la RTBF sur le sujet.

L’asbl Pro Velo développe des solutions personnalisées pour faciliter et renforcer la transition vers le vélo et contribue ainsi à une meilleure qualité de vie.