|

Comment promouvoir la création d'un local vélos dans une copropriété ?

Votre copropriété ne dispose pas d’un local vélo et vous voudriez le mettre en place ? Voici comment procéder pour convaincre les copropriétaires et les bonnes questions à se poser.

Un entreposage souvent difficile

Trouver des appartements avec une place pour les vélos est souvent un casse-tête. Si le vélo est autorisé à être entreposé dans les espaces communs, encore faut-il pouvoir l'accrocher dans le corridor à un point fixe ou que le coin vélo du parking ne soit pas composé d’un pince-roue. Si l’espace vélo est situé dans la cave, il faut que l'accès à cette cave soit aisé et facilité (éventuellement par une goulotte).

Les copropriétés ne sont pas toujours cyclophiles. Souvent, l’entreposage dans le corridor de l’immeuble est interdit dès lors qu'il gêne le passage. Parfois, c’est même la cour qui est interdite. Les cyclistes sont donc condamnés soit à laisser à contre-cœur leur monture à la rue, soit à trouver un coin dans le parking auto, soit à acheter un vélo pliant. Les vélos moins utilisés sont déplacés par les ascenseurs pour les entreposer sur les balcons ou dans les caves, mais leur utilisation devient alors un calvaire (étroitesse des couloirs et de l’ascenseur, nombre de portes à franchir...).

La création d'un local destiné aux vélos

Pour convaincre le conseil syndical de transformer un local en espace de stationnement vélos, la première chose à faire est d'entrer au conseil syndical. Il devient alors envisageable d’obtenir de celui-ci l’autorisation de mener une petite enquête pour savoir si un tel local vélos / poussettes est susceptible d’intéresser quelques locataires. Souvent, la demande sera plus forte que ce que le local prévu pourrait contenir.

Il faut aussi pouvoir évaluer le prix des travaux et demander des devis (réfection des murs, percement d’une porte donnant de plain-pied, installation des dispositifs d’ancrage).

Parmi les différents arguments (coût réduit de l’aménagement, moins de dégradation des murs du hall, local aussi pour les poussettes...), c’est l’argument "le patrimoine de l’immeuble sera valorisé" qui marche le mieux. Un appartement doté d’un local vélos devrait -  à terme - mieux se vendre, le jour où tout le monde ou presque circulera à vélo. Le local vélo s’inscrit tout naturellement dans la continuité des efforts de la copropriété pour valoriser son patrimoine (isolation, chauffage haut rendement). L’acceptation définitive du projet ne peut se faire que suite à un vote positif lors de l’AG des copropriétaires.

Il faut encore effectuer un suivi des travaux pour éviter les mauvaises installations et les dépenses inutiles. Le choix du bon modèle d’accrochage en fonction de la place disponible est important.

Enfin, il reste à préciser le règlement intérieur à afficher sur la porte d’entrée pour inciter d’emblée les utilisateurs au respect des lieux et à ajouter quelques conseils pour éviter le vol des vélos.

Règlement dans les nouveaux immeubles de logement

Le Titre II, Chapitre V, Article 17 - du RRU bruxellois (Règlement Régional d’Urbanisme) prévoit que les nouveaux immeubles de logement soient équipés d’un local pour véhicules deux roues non motorisés et voitures d’enfants. Le local à disposition de l’ensemble des habitants de l’immeuble doit avoir au minimum un emplacement par logement et être d’accès aisé depuis la voie publique et depuis les logements (être indépendant des parkings). A titre indicatif, il y est mentionné qu'un vélo occupe une place au sol d’environ 1,20 m² (0,60m x 2m) tandis que les espaces de manoeuvre minimaux entre vélos et obstacles fixes (murs, etc.) à considérer sont de 1,50 m.

L’asbl Pro Velo développe des solutions personnalisées pour faciliter et renforcer la transition vers le vélo et contribue ainsi à une meilleure qualité de vie.