|

Le transport de vélos

Vous souhaitez transporter votre vélo lors d’un voyage ou encore dans les transports publics, voici tout ce qu’il faut savoir sur :

  • Le porte-vélos (sur boule d’attelage, sur le hayon arrière, sur le toit, intégré ou intérieur)
  • Les housses (souples, semi-rigides, valise)
  • Les critères lors du choix de l’équipement
  • Votre vélo dans les transports en commun (train, bus tram, métro, avion)
  • Les derniers conseils pour la route

Porte-vélos

Si vous désirez transporter vos vélos en toute sécurité grâce à votre voiture, l'achat d'un porte-vélos est indispensable. Il en existe de nombreux modèles. Votre choix ne doit pas seulement se faire en fonction du prix mais surtout de l'utilisation que vous en aurez ! Vous devez donc prendre en compte des critères tels que les modèles de voiture et de vélo, la fréquence d'utilisation et la longueur des trajets.

Porte-vélos sur boule d’attelage

Ce système est le plus simple d'utilisation et le plus sécurisant. En effet, les vélos ne doivent pas être soulevés très haut pour être attachés et, sur certains modèles, l'accès au coffre reste possible. En outre, le porte-vélos ne risque pas de se détacher durant le trajet.

Le porte-vélos sur boule permet de transporter jusqu'à quatre vélos. Il est idéal pour le transport des vélos à assistance électrique mais veillez néanmoins à respecter la limitation de poids.

Il existe plusieurs types de porte-vélos sur boule :

  • porte-vélos suspendu : idéal pour un usage fréquent et pratique à ranger après utilisation. Il n'est pas compatible avec tous les types de cadre (vélo à cadre bas, VTT suspendu) ;
  • porte-vélos à plate-forme : idéal pour les longs trajets.

L'inconvénient majeur de ce système est qu'il nécessite une boule d'attelage.

Porte-vélos sur le hayon arrière

Le porte-vélos sur le hayon arrière est idéal pour les utilisations occasionnelles ou pour les personnes qui n'ont ni barres de toit, ni boules d'attelage sur leur voiture. Il permet de transporter jusqu'à trois vélos, mais n'est pas compatible avec les vélos à cadres bas, les tout petits vélos ou les VTT suspendus.

Le système de fixation du porte-vélos est facile et rapide mais, mal fixé, il risque de tomber ou de griffer votre véhicule. Veillez donc à bien le fixer de chaque côté (haut, bas, gauche, droite). En outre, n'hésitez pas à vous arrêter au bout de quelques kilomètres afin de vérifier que les sangles qui retiennent les vélos sont encore bien serrées et répétez l'opération au bout de 100 km. Une fois le porte-vélos fixé, vous ne pourrez plus ouvrir le coffre.

Porte-vélos sur le toit

Ce type de porte-vélos se fixe sur les barres de toit de la voiture. Il est assez sécurisant et facile à installer. Néanmoins, ce système comporte quelques inconvénients. La fixation des vélos est assez difficile car vous devez soulever les vélos pour les mettre sur le toit de votre voiture. Heureusement, il existe des systèmes pour faciliter le soulèvement. De plus, vous devez veiller à ne pas oublier les vélos lorsque vous allez dans un parking, un garage ou lorsque vous passez par des gares de péage. L'aérodynamisme de votre voiture est moins bon, ce qui accroît votre consommation d'essence.

Porte-vélos intégré

Certains constructeurs de voitures proposent des porte-vélos intégrés dans le pare-chocs de leurs véhicules et qui se déploient lorsqu'on le désire. Cet accessoire est souvent disponible en option.

Porte-vélos intérieur

Il existe des porte-vélos à installer directement dans le coffre de votre voiture. Ils permettent d'attacher les fourches et les roues de vos vélos et évitent tout mouvement et donc toute casse de votre monture. Le système se compose d'une barre à visser sur le sol de votre voiture et d'attaches afin d'immobiliser la fourche et les roues de votre vélo. Les principaux défauts de ce porte-vélos sont le fait faut disposer d'un grand coffre et que le coffre n'est plus disponible pour stocker d'autres bagages.          

Derniers conseils pour le porte-vélos

  • Lors du transport, pensez à retirer les éléments détachables de votre vélo tels que le compteur, la pompe, les sacoches...
  • Veillez à ce que les feux et la plaque d'immatriculation de votre véhicule restent bien visibles ! Certains systèmes nécessitent l'achat d'une plaque supplémentaire. Si le porte-vélo masque votre plaque d'immatriculation, vous devrez y ajouter une copie bien visible, sous peine d'amende.
  • Rendez-vous dans un magasin spécialisé, un vendeur connaissant son produit pourra mieux vous conseiller et trouver avec vous le modèle qui répondra à vos attentes.
  • Pour éviter de salir votre vélo, vous pouvez acheter des housses protégeant votre selle ou votre chaîne.

Housse

Il existe plusieurs sortes de housses dans toutes les gammes de prix. C'est pourquoi il est important de bien se renseigner sur les différents modèles. Lors de l'achat de votre housse, vérifiez qu'elle soit adaptée à votre type de vélo (course, VTT...) et à la taille de vos roues.

Housse souple

Ce type de housse est léger et le moins cher du marché (à partir de 50 euros). Il permet de transporter le vélo facilement mais ne protège pas votre monture. Il est déconseillé pour l'avion car il ne résiste pas aux grands chocs et à l'écrasement (on peut très bien déposer une valise de 30 kg sur votre sac !). Toutefois, il est parfait pour le train ou les transports en commun où les chocs sont peu nombreux.

Housse semi-rigide

La housse semi-rigide est plus solide grâce à ses supports métalliques qui permettent d'attacher les éléments du vélo comme la fourche, le cadre ou le dérailleur. Elle possède généralement des petites roues qui permettent de pousser votre vélo une fois emballé. Elle propose un bon compromis entre un prix bas et une bonne protection.

Valise

La valise offre une protection maximale pour votre vélo car elle est très résistante aux chocs. En général, elle possède également des petites roues. Toutefois, elle est plus chère (entre 200 et 800 euros) et peut peser jusque 11 kg. Elle reste tout de même idéale pour un transport en avion.

Derniers conseils concernant la housse

Si vous avez un vélo avec un dérailleur :

  • mettez les vitesses et la chaîne à l'avant sur le grand plateau et l'arrière sur le petit pignon ;
  • une fois le vélo démonté, disposez un vieux drap sur le dérailleur afin d'éviter de tacher votre housse.

Si vous devez enlever les roues, demandez à votre vélociste une cale afin d'éviter l'écrasement de la fourche.

Critères à prendre en compte lors de l'achat...

Pour un porte-vélos...

  • La compatibilité avec votre véhicule.
  • Le système de fixation des vélos : pour les porte-vélos sur boule et sur hayon, choisissez des bloque-cadres avec une protection en caoutchouc pour ne pas abîmer la peinture de vos vélos.
  • La sécurisation des vélos : veillez à ce que le système d'attache du porte-vélos soit sécurisé ainsi que le système d'attache des vélos.
  • Poids maximum autorisé.
  • La disponibilité des pièces détachées sur le long terme.

Dans les transports en commun

Prendre son vélo dans les transports en commun n'est pas toujours évident. Avant tout voyage, il faut se renseigner sur les règles en vigueur dans le moyen de transport : celles-ci sont loin d'être homogènes. Voici tout de même quelques recommandations.

En train

Dans les Eurostar et les Thalys, les vélos doivent être transportés dans des housses ou des sacs de transport aux dimensions 120 x 90 (85 pour Eurostar) cm. En Belgique, les vélos ordinaires sont acceptés moyennant un supplément. Attention, tous les trains ne sont pas équipés pour accueillir des vélos. Les vélos pliants sont autorisés gratuitement.

Dans les autres pays européens, les vélos sont généralement acceptés gratuitement durant les heures creuses.

En bus, en tram et en métro

En Wallonie, seuls les vélos pliants sont acceptés dans les bus et les trams. Avec un abonnement TEC et un supplément, vous pouvez disposer d'un vélo pliant CycloTEC.

En Flandre, les pliants ne sont autorisés que s'ils ne gênent pas d'autres passagers dans les bus ou les trams. La seule exception est le tram de la Côte qui permet de transporter un vélo ordinaire pour quelques euros (max. 3 vélos par tram).

A Bruxelles, les vélos sont acceptés durant les heures creuses dans les métros ainsi que dans les trams disposant d'un plancher surbaissé. Les vélos ne doivent pas gêner les autres passagers. Dans tous les cas, le transport des vélos pliants est gratuit.

Les cars de voyage n'autorisent généralement pas les vélos, même en soute. Renseignez-vous tout de même si vous optez pour ce mode de transport.

En avion

Peu de compagnies aériennes acceptent de transporter gratuitement votre vélo. Elle exigent toutefois qu'il soit emballé et ne dépasse pas 190 cm de longueur ou un poids de 23 kg. D'autres proposent des prix forfaitaires entre 15 et 100 euros par vélo. Attention, certaines compagnies facturent le vélo au poids !

Les vélos à assistance électrique sont généralement considérés comme des marchandises dangereuses et sont transportées par cargo.

Les compagnies aériennes exigent en général d'enlever les pédales, de dégonfler les pneus et de mettre le guidon dans l'axe de la roue avant. Néanmoins, elles n'imposent généralement pas de matériel de transport spécial pour votre vélo. Nous vous conseillons toutefois d'apposer un autocollant « fragile » sur votre bagage.

Plusieurs solutions sont donc possibles :

  • emballer seulement les parties fragiles dans du plastique. Le personnel remarquera alors directement que c'est un vélo et le considérera généralement comme un objet fragile ;
  • utiliser un carton. Vous pouvez par exemple demander à votre vélociste pour recevoir un carton d'emballage pour vélo ;
  • utiliser une housse ou une valise. Elle protège votre vélo des rayures et des chocs liés au transport.

L’asbl Pro Velo développe des solutions personnalisées pour faciliter et renforcer la transition vers le vélo et contribue ainsi à une meilleure qualité de vie.