|

Visez le confort à vélo !

Comment assurer son confort à vélo ?

  • Posez-vous les bonnes questions à l'achat
  • Réglez correctement votre guidon
  • Ajustez votre selle
  • Vérifiez pneus et jantes
  • Mais aussi…

Être confortablement installé sur son vélo, cela implique d’avoir été attentif à certains éléments lors de votre achat mais aussi d’avoir effectué des réglages de base et un petit entretien régulier. Par où commencer et jusqu’où aller ?

A l'achat, choisissez un vélo adapté à l’utilisation que vous allez en faire. Posez-vous les questions suivantes :

  • vais-je me déplacer avec mes vêtements habituels ou avec des vêtements spécifiques à la pratique du vélo ?
  • vais-je me déplacer rapidement ou à mon aise ?
  • suis-je déjà habitué à la pratique du vélo ou est-ce nouveau pour moi ?
  • vais-je uniquement emprunter des chemins asphaltés ?

Après avoir réfléchi à ces points, vous pourrez mieux orienter votre choix vers un modèle de vélo « taillé » pour votre pratique quotidienne. Au moindre doute, n’hésitez pas à consulter un professionnel pour exposer votre cas. En effet, il existe autant de cas de figures que d’individus. Or, si tous les types de vélo peuvent vous mener à destination, un mauvais choix pourrait s’avérer fatal pour votre confort de conduite.

Choisir et régler correctement son guidon

Sur un vélo de ville, le cycliste doit être dans une position confortable, c’est-à-dire le dos droit et les bras légèrement fléchis. Privilégiez un guidon dont la largeur correspond à celle de vos épaules. Les freins doivent se situer dans la continuité des mains.

Le poste de pilotage d’un vélo est composé du guidon et de la potence qui le relie au cadre. Dans le cas d’une potence à « plongeur », le plus classique, vous pouvez régler sa hauteur en prenant garde à ne pas dépasser la limite de sécurité représentée par des pointillés, sous peine de la casser. Dans le cas d’une potence « Aheadset », il est impossible d’augmenter sa hauteur. Cependant, en procédant à son remplacement par une potence plus anguleuse, vous parviendrez à relever votre guidon.

Dans les deux cas, sachez qu’il existe des potences réglables et même des prolongateurs de pivot de fourche qui permettent de relever plus significativement le poste de pilotage. À chaque problème, sa solution !

Choisir et ajuster sa selle

Retenez bien que confort et rendement sont inversement proportionnels. Pour un cycliste quotidien, il vaut mieux investir dans une selle confortable, qui amortit un maximum les chocs : en cuir, en gel et/ou avec ressorts.

Les selles avec un creux au milieu sont généralement plus confortables et plaisent aux personnes qui craignent les engourdissements. La largeur de la selle sera fonction de la distance entre les ischions, os du bassin. Les selles sont en général plus étroites et plus longues pour les hommes que pour les femmes.

Réglez la hauteur de la selle de manière à ce que, assis sur celle-ci, la jambe tendue, votre talon soit posé sur la pédale. La pédale étant elle-même placée dans la continuité du tube de selle. Si vous ne vous sentez pas à l’aise, baissez un peu la selle : assis sur la selle, seule la pointe de votre pied doit toucher le sol.

Pour régler la position longitudinale de la selle, placez vos deux pieds sur les pédales, les manivelles du pédalier à l’horizontale, et vérifiez que l’extrémité de votre genou ne dépasse pas l’extrémité de l’axe de la pédale.

Votre jambe ne doit jamais être complètement tendue lorsque vous pédalez : une légère inflexion au niveau du genou doit subsister !

Les pneus et les jantes

Pour votre confort, gonflez bien vos pneus. Les pneus fortement gonflés (3,5 bars minimum - 6 bars maximum) crèvent moins souvent, diminuent l’effort au pédalage et s’usent moins rapidement. Un pneu est bien gonflé lorsqu’il est impossible de le pincer. Les chambres à air n’étant pas entièrement hermétiques et devenant plus poreuses en vieillissant, vérifiez régulièrement (1 fois / mois) la pression de vos pneus.

La perte de pression dépend de plusieurs facteurs : la pression nominale, la section et le diamètre du pneu (et donc le volume d’air), l’âge et la qualité de la chambre à air. Par exemple, pour un vélo pliant (petites roues et donc petit volume d’air), la pression chute beaucoup plus rapidement.

Des pneus "semi-slicks" (lisses au centre, sculptés sur les flancs), renforcés avec une couche de SmartGuard contre les crevaisons, font figure de meilleur compromis : leur bande de roulement centrale offre peu de résistance au roulement, leurs sculptures latérales assurent l’évacuation de l’eau et offrent un meilleur "grip" sur des revêtements meubles (sentiers…). Enfin, les bandes réfléchissantes sur le tour du pneu permettent également aux cyclistes quotidiens de se passer de catadioptres latéraux (dans les roues).

En ville, les jantes double-paroi sont un "plus" : plus rigides, elles risquent moins vite d’être voilées.

Autres éléments à prendre en compte

Retenez que plus le diamètre des roues est grand, plus le confort est grand. Il en va de même pour la section (l’épaisseur) des pneus. De plus, certains vélos disposent de suspension avant et / ou d’amortisseurs certes plus confortables mais sensiblement plus lourds.

Bien choisir et régler son guidon

Régler la hauteur de selle

L’asbl Pro Velo développe des solutions personnalisées pour faciliter et renforcer la transition vers le vélo et contribue ainsi à une meilleure qualité de vie.