|

Accueillir les imprévus en voyage à vélo

Cycloo voyage à vélo

Nous avions laissé Aurore à Bastogne, juste avant les grosses intempéries qui ont touché notre pays ! Petit regard dans le rétroviseur avec une nouvelle vidéo avant de passer à la suite de ses aventures !

C’est littéralement sur la route que nous retrouvons Aurore, son oreillette fixée, elle nous appelle le long d’une départementale pas si sympa que ça ! Entre deux bruits de camions, elle nous raconte son périple de ces deux dernières semaines.

Quand les intempéries viennent bousculer l’itinéraire

Les graves inondations qui ont touché la Belgique il y a deux semaines ont forcé Aurore à s’abriter durant quelques jours pas très loin de la Roche en Ardenne et à revoir son itinéraire. Elle rejoint Dinant via l’Eurovelo 5, un joli tronçon très agréable ! « La partie entre Marche-en-Famenne et Ciney est particulièrement chouette, même si ça monte bien ! ». Ensuite, direction Maredsous, son Abbaye et ses bières ! Cap sur Charleroi pour rejoindre un ami. Coup dur : elle se trompe d’adresse et atterri à 15 kilomètres de chez lui. A bout de force, son ami vient la chercher. Elle accueille un début de cycle compliqué et sent qu’elle a besoin de récupérer !

Une étape avec les « Récoupettes »

Reposée, elle reprend la route de Mons pour rejoindre un itinéraire de « l’échappée Transwallonne » vers Tournai. L’itinéraire est super chouette, bien balisé, tout plat ! De Tournai elle rejoint Lille pour donner une conférence dans l’atelier de couture « Les récoupettes », une association d’initiation et d’accompagnement aux arts du fil. « Le public était très varié, les écarts d’âges importants, ce qui apporte une multitude de point de vue, c’est très intéressant ! ».

Atelier Les Récoupettes

Dernière étape en Belgique 

Pour sa dernière étape en Belgique, elle fait une halte à Saint-Hubert au Club des femmes « Zonta » pour y donner une nouvelle conférence. Cette fois-ci, le public est majoritairement plus âgé : « c’est marrant comme les points de vue divergent en fonction des âges ». Cette génération de femmes est moins sensibilisée à l’écoute de leur cycle menstruel. Elles sont aussi venues pour échanger sur le thème du voyage à vélo. ».

Les débuts en France

Aurore traverse la frontière, arrive à Marville où elle dégote une petite auberge pour se restaurer. La tenancière lui propose même de poser sa tante derrière l’église du village ! « Ce n’est pas tous les jours qu’on voit des aventurières comme toi ! »

Elle reprend la route vers le magnifique Lac de la Madine pour rejoindre une partie de sa famille, puis remonte en selle vers Pocheren, en France, à la frontière de l’Allemagne pour donner sa 5ème conférence !

Auberge de Marville

« Accueillir les changements »

Les intempéries, la fatigue, la situation sanitaire : Aurore se rend compte que gérer son projet de pair avec son voyage à vélo s’avère plus compliqué que prévu ! « J’ai besoin de me poser et de réfléchir à comment adapter tous ces paramètres pour trouver un meilleur rythme et tenir jusqu’au bout. »

Parmi les imprévus, le pass sanitaire français ! « L’ambiance en France est étrange, un peu morose. La météo ne vient rien arranger ! » La situation sanitaire la contraint également à revoir son cycle de conférences et pèse sur son moral. « Suis-je au bon endroit à faire les bonnes choses ? Je trouverai peut-être la réponse sur la route ! ».

Aurore reste toutefois positive : « je vais faire le point d’ici la fin de l’été, et qui sait, je bifurquerai peut-être de mon projet initial. C’est compliqué, mais ce n’est pas négatif ! Je dois accueillir ces changements. Après la pluie, le beau temps ! Et avec le beau temps, les réponses ! »

 

Bon à savoir !

Continuez à suivre Aurore sur sa chaine YouTube, ses comptes Facebook et Instagram !

L’asbl Pro Velo développe des solutions personnalisées pour faciliter et renforcer la transition vers le vélo et contribue ainsi à une meilleure qualité de vie.