|

3 conseils pour garder votre calme dans la circulation

Volume du trafic

Vous avez du mal à garder votre calme dans la circulation ? Alors lisez ces 3 conseils !

Des automobilistes qui se klaxonnent rageusement les uns sur les autres, des cyclistes agacés par la présence de ces mêmes automobilistes horriblement bruyants et des piétons qui se sentent persécutés par tous les autres usagers de la route : pas toujours évident de partager la route avec les autres. Comment faire pour que ça se passe autrement ? Nos trois conseils vous aideront peut-être à être moins stressé dans la circulation et à faire de vos trajets une expérience plus sereine !

Conseil 1 : Exercez votre empathie

Cette mésentente entre les différents usagers de la route s'explique en grande partie par le fait que nous vivons la circulation de manière totalement différente en tant qu'automobilistes, cyclistes ou piétons. D’où ce conseil : faites preuve d'empathie et mettez-vous de temps en temps à la place de l'autre usager de la route.

Vous vous rendrez ainsi compte que tous les automobilistes qui mordent sur la ZAC (Zone Avancée  pour Cyclistes et Cyclomotoristes) ne le font pas nécessairement pour faire enrager les deux-roues. Ils ont peut-être simplement dû freiner au dernier moment devant un feu rouge. Il en va de même, par exemple, pour les cyclistes qui dépassent une file de voitures à l’arrêt par la droite. Peut-être était-il impossible ou trop dangereux de la dépasser par la gauche ?

Le meilleur moyen de développer votre empathie ? Interpréter ce conseil non seulement au sens figuré, mais aussi au sens propre, en adoptant pour une fois un autre moyen de transport. Si vous êtes un cycliste régulier, par exemple, vous comprendrez mieux quelles manœuvres sont difficiles à détecter depuis une voiture. Et à l’inverse, un automobiliste chevronné remarquera sans doute très vite à quel point on peut se sentir vulnérable sur un vélo.

Autre moyen de transport = autre perception

Les participants au projet Switch a roue ont tenté l’expérience. Ils nous expliquent comment leurs a priori sont tombés et à quel point leur perception du trafic a changé après avoir joué le jeu. Regardez la vidéo pour découvrir leurs expériences !

Vous voyez, un soupçon d’empathie peut faire des miracles !

Conseil 2 : Lâchez prise

En vous ouvrant au monde des autres usagers de la route, vous pouvez acquérir de nouvelles connaissances sur leur expérience dans la circulation, comme nous l'avons vu dans le conseil précédent. Mais parfois, l'autre usager de la route a simplement un comportement dangereux ou commet une erreur qui vous met en danger. Que faites-vous dans un tel cas ? 

Parlez à l'autre usager de la route de son comportement et essayez d'expliquer pourquoi la manœuvre était si dangereuse. Si vous le faites de manière constructive, vous obtiendrez dans la plupart des cas une réaction compréhensive. Mais parfois malheureusement, votre plaidoyer tombera dans l'oreille d'un sourd.

D'où notre deuxième conseil : sachez quand il faut lâcher l’affaire. Il ne sert à rien de s'énerver dans le trafic. Vous gaspillez inutilement votre énergie et la prochaine fois, vous risquez d'être encore plus stressé sur la route. Et les autres usagers de la route ne tarderont pas à ressentir vos frustrations, amorçant ainsi une spirale négative.

Respectez le code de la route, soyez courtois et faites preuve de suffisamment d'empathie pour les autres usagers de la route. Mais apprenez aussi à lâcher prise, pour vous et pour ceux qui vous entourent !

Que faire en cas d'accident ?

Si un autre usager vous a mis en danger ou a provoqué un accident vous pouvez toujours faire appel à la police, en particulier s’il ne veut rien entendre. Lire aussi notre article: Que faire en cas d’accident ?

Conseil 3 : rien ne sert de courir…

… il faut partir à point. Vous connaissez l’adage ? Certes, ce conseil est un peu plus pratique que les deux précédents, mais il n'en est pas moins important !

Nous devons partager l’espace publique avec de nombreux autres usagers de la route et cela provoque parfois des frictions. Et lorsque vous êtes pressé, vous êtes encore plus susceptible d'être agacé par le comportement des autres, surtout lorsqu'ils vous font perdre un temps précieux. Ces frustrations, vous les intégrez profondément en vous, de sorte que lors de votre prochain déplacement, vous risquez d’être encore plus irrité à la présence d'autres usagers de la route.

Notre troisième conseil est donc très simple : facilitez-vous la tâche et partez bien à temps. Vous profiterez beaucoup plus de votre trajet, vous aurez plus de marge pour d'éventuels retards et vous arriverez à destination beaucoup plus détendu.

Mais bien sûr, rester calme n'est qu'un des ingrédients nécessaire à une meilleure cohabitation sur la voie publique. Une bonne connaissance du code de la route et une bonne dose de courtoisie sont également indispensables. Pour en savoir plus, cliquez sur les boutons ci-dessous !

L’asbl Pro Velo développe des solutions personnalisées pour faciliter et renforcer la transition vers le vélo et contribue ainsi à une meilleure qualité de vie.