|

Mon premier voyage à vélo : de Rome à Innsbruck

Suivez Elise en voyage de Rome à Innsbruck !

Cet été, Elise est partie en vacances à vélo pour la première fois, avec une amie. Un aperçu de son voyage vous tente ? Découvrez son journal ici !

Jour 1 : Rome – Lago di Bracciano

Aujourd'hui, c’est le grand jour : nous allons embarquer dans l'avion avec nos vélos, que nous avons bien emballés, en espérant qu'ils ne seront pas endommagés. Notre destination ? La ville éternelle. Nous y arrivons vers midi et après un petit contrôle de nos vélos, qui sont heureusement toujours en parfait état, nous partons immédiatement pour notre première balade.

Nos vélos emballés

Nous tirons vite notre première conclusion : entamer la première étape d’un voyage à vélo sous le soleil italien en pleine après-midi n'est pas une partie de plaisir... En d'autres termes, il fait très (très !) chaud ! Mais nous ne nous sommes pas laissées abattre et avons bien profité des beaux paysages défilant sous nos yeux. À la fin du parcours, une récompense nous attendait : le magnifique lac de Bracciano dans lequel nous nous sommes baignées directement !

L'endroit où nous avons passé notre première nuit

Jour 2 : Lago di Bracciano – Lago di Bolsena

Heureusement, aujourd’hui, nous avons pu partir avant que la chaleur estivale ne nous assomme - un beau contraste avec notre premier jour ! Grâce à ce départ matinal, nous avons eu un peu plus de temps pour profiter des paysages que nous traversions.

Le Latium champêtre

Conseil : recherchez les petits chemins aussi

Les deux premiers jours de notre voyage, nous n'avons pas suivi d'itinéraire établi. Nous avons simplement utilisé Komoot. Grâce à l'option « cyclotourisme », nous avons pu emprunter toutes sortes de petites routes que nous n'aurions jamais remarquées autrement. Hautement recommandé !

Notre deuxième journée à vélo s'est terminée de la même manière que la première, puisque nous avons également monté notre tente au bord d'un lac. Cette fois, c'est celui de Bolsena qui a servi de décor à notre nuitée. À demain !

Jour 3 : Lago di Bolsena – Castel del Piano

Le matin, nous avons pris un bon petit-déjeuner avec du « porridge du lendemain » au bord du lac Bolsena. Il faut bien le dire :  il y a de pires endroits pour commencer sa journée 😉 !

Petit-déjeuner au bord du Lago di Bolsena

Malgré les 1 000 mètres d'altitude que nous avions à grimper aujourd'hui, nous étions très impatientes. Nous allions enfin découvrir la belle Toscane ! Après un trajet assez difficile, nous sommes arrivées à Castel del Piano, où nous avons regardé la finale de la Coupe d'Europe, entre notre pays hôte, l'Italie, et l'Angleterre. Après le match, tout le village a fait la fête. Nous avons assisté à des scènes mémorables ! Et les klaxons incessants des conducteurs italiens ont considérablement perturbé notre repos nocturne 😉.

Jour 4 : Castel del Piano – Sienne

Après avoir célébré le titre européen remporté par les Italiens, nous avons connu une quatrième journée assez difficile, imputable en partie à notre escapade nocturne. Mais la chaleur (35 degrés), le fait que nous ne mangions pas assez (erreur de débutant) et surtout les nombreuses collines toscanes (montées et descentes !) y ont certainement joué un rôle aussi. Les vues sont magnifiques ici, mais elles se méritent !

Conseil : emportez suffisamment d’eau

Lorsqu'il fait chaud, on transpire beaucoup sur son vélo et on se déshydrate. Il faut donc toujours emporter suffisamment d'eau avec soi. Les électrolytes ne sont pas un luxe superflu non plus : ils aident à conserver les fluides dans le corps plus longtemps.

Heureusement, notre destination nous a aussi donné la motivation nécessaire pour persévérer : la belle ville de Sienne où nous devions passer la nuit.

Piazza del Campo, Sienne

Mais bonne nouvelle : d'autres cyclistes rencontrés en chemin nous ont dit que la Toscane était la partie la plus difficile de notre voyage. Des jours plus faciles nous attendaient donc. Ouf !

Jour 5 : Repos

Le programme d’aujourd'hui ? Du repos ! Nous avons pensé qu'il était temps de laisser nos jambes se reposer et d'explorer Sienne. Et comme nous avions bien avancé, nous pouvions nous permettre d’abandonner nos vélos une journée. Rendez-vous demain pour de nouvelles aventures cyclistes !

Jour 6 : Sienne – Fiesole

Après notre journée de repos, nous avons dû rattraper quelques kilomètres pour être de nouveau « dans les temps » et atteindre notre destination finale, Innsbruck, au moment prévu (bien que nous ne suivions certainement pas un horaire quotidien rigide).

Résultat : aujourd'hui, 100 km au programme. Heureusement, la température était très agréable et la balade valait une fois de plus le déplacement. Nous avons traversé la région du Chianti et nous étions presque en permanence entourées d'oliviers. Après une courte visite à Florence, nous avons rejoint notre camping. La bella Italia !

Faire du vélo à Florence

Jour 7 : Fiesole – Passo della Futa

Ce matin, nous avons quitté notre chère Toscane - avec un pincement au cœur - pour prendre la direction du nord, à travers les Apennins. Et là aussi, ça grimpe ! Sur un trajet d'environ 50 km, nous avons facilement atteint le cap de 1000 mètres d'altitude. Entre-temps, le paysage a commencé à se transformer : les collines toscanes ondulantes ont progressivement fait place à des montagnes plus impressionnantes. Nous nous demandons ce que demain nous réserve !

Le paysage change peu à peu

Jour 8 : Passo della Futa - Portomaggiore

Ce matin, il fait gris et pluvieux sur le col. Du coup, il n'y a qu'une seule chose à faire : enfourcher nos vélos ! Après quelques petites montées, nous entamons une longue descente vers Bologne où nous dégustons ce midi des pâtes pomodoro bien méritées.

Pasta pomodoro

Après notre déjeuner, nous poursuivons notre route vers Portomaggiore où nous plantons nos tentes dans le jardin d'un centre équestre.

Jour 9 : Portomaggiore – Montagnana

Après avoir démonté nos tentes (ce que nous arrivons à faire de plus en plus vite !), nous partons vers le nord. Nous passons par Ferrare puis traversons le Pô et l'Adige. Le paysage de la plaine du Pô est un peu décevant après les collines toscanes et les Apennins : tellement plat qu’on se croirait aux Pays-Bas ! L'avantage est que nous pouvons faire beaucoup de kilomètres sur un parcours pareil. Par contre, le coucher de soleil à Montagnana en valait vraiment la peine !

Coucher du soleil à Montagnana

Jour 10 : Montagnana – Lac de Garde

Encore une fois aujourd’hui, un paysage très plat et donc sans difficulté. Ce qui est également une première pour nous : notre premier trajet sur une piste cyclable au cours de ce voyage ! Nous longeons ainsi l'Adige jusqu'à Vérone.

Vérone

Après un petit arrêt dans la ville de Roméo et Juliette, nous poursuivons notre voyage vers le lac de Garde. Plus nous nous approchons de notre destination, plus les sommets impressionnants des montagnes deviennent proches. Malheureusement, notre camping au lac de Garde est un peu décevant, mais bien sûr, c’est le genre de choses qu’on ne peut découvrir qu’une fois sur place. Qui ne risque rien n’a rien !

Jour 11 : Lac de Garde – Mattarello

Parce que la route qui longe le lac de Garde a pour réputation d'être très fréquentée, nous avons pris le ferry pour nous rendre sur la rive nord du lac. De cette façon, nous avons pu reposer un peu nos jambes et profiter de la vue magnifique pendant la traversée.

Lac de Garde

Ensuite, nous parcourons 40 km supplémentaires à travers la vallée, sur une autre piste cyclable le long de l'Adige. C’est vraiment très agréable. La présence de nombreux autres cyclistes prouve d’ailleurs que nous ne sommes pas les seules à le penser !

Jour 12 : Jour de repos

Comme nous avons parcouru de nombreux kilomètres ces derniers jours et que nous sommes un peu en avance sur notre programme (approximatif), nous avons décidé de nous offrir une autre journée de repos et de profiter pleinement de la beauté des lieux. A demain !

Où passer la nuit ? Nous n’avons que l’embarras du choix !

Ce qu'il y a de bien avec le cyclotourisme, c'est que ce type de voyage offre toujours de nombreuses possibilités, y compris en matière d'hébergement. Camping sauvage ? Warmshowers ? Ou peut-être ce luxueux hôtel cinq étoiles ? A nous de choisir !

Jour 13 : Mattarello – Merano

Aujourd'hui, nous sommes montées sur nos deux-roues avec beaucoup d’enthousiasme. Le programme ? 100 km à travers les vallées spectaculaires qui caractérisent le Tyrol du Sud.

Les vallées du Tyrol du Sud

Afin de limiter les parties en altitude, nous pédalons le long de la rivière presque toute la journée.  Avantage supplémentaire : nous sommes entourées de pommiers et de vignes cultivés dans les vallées. Par contre, on sent que nous laissons progressivement l'Italie derrière nous et que nous nous approchons de la zone d'influence germanique : l'odeur des frites et des saucisses nous titille les narines à plusieurs reprises !

Jour 14 : Jour de repos

Dernier jour de repos du voyage. Demain, nous avons un sérieux défi à relever. Du coup, nous avons décidé de nous reposer et de profiter de la belle nature qui nous entoure.

Jour 15 : Merano – Sölden

C’est le jour J. Aujourd'hui, nous devons braver l'intimidant Timmelsjoch ou Passo del Rombo. En d'autres termes, passer de 300 m à 2500 m d'altitude avec nos vélos de trekking lourdement chargés. La plupart des autres usagers de la route semblent penser que c'est de la folie. « Ohne Motor ! », s’écrient-ils étonnés depuis leur voiture ou leur vélo de course, plus léger de plusieurs kilos. Certains nous ont même offert des biscuits et du café par pitié !

Avec nos plus légers équipements et les pauses nécessaires, nous arrivons finalement au sommet en un seul morceau. Mais quand on peut faire une pause en profitant d’une telle vue, on oublie vite tous les efforts qu'on a dû faire 😉 Je le recommande à tout le monde !

La vue spectaculaire sur le Timmelsjoch/Passo del Rombo

Après une courte descente, nous arrivons à Sölden où nous nous glissons dans nos tentes, épuisées. Il est temps de se reposer !

Jour 16 : Sölden – Innsbruck

Dernier jour à vélo. Il ne nous reste plus qu’à rejoindre Innsbruck, où nous prendrons le train pour rentrer.

Un voyage écologique à vélo ? C’est possible, avec le train !

Vous voulez partir en voyage à vélo sans prendre l'avion ? Vérifiez alors si votre destination peut être atteinte en train, et si la compagnie ferroviaire facilite la vie des voyageurs qui emportent leur vélo.

Bien que nos jambes soient lourdes après cette montée épique, nous sommes un peu tristes d’entamer notre dernier jour à vélo. Heureusement, nous n'avons pas eu à beaucoup pédaler pendant la majeure partie du trajet car nous étions tout le temps en descente. Et nous sommes arrivées à notre destination finale en toute tranquillité. Quelle belle aventure !

Préparer un voyage à vélo

Vous êtes impatient de commencer votre voyage à vélo, mais vous avez encore quelques questions ? Vous trouverez certainement les réponses dans notre présentation !

L’asbl Pro Velo développe des solutions personnalisées pour faciliter et renforcer la transition vers le vélo et contribue ainsi à une meilleure qualité de vie.